Présentation

Fermer COMMUNAUTE

Fermer ACTIVITES

Fermer HOTELLERIE

Fermer LA BOUTIQUE

Fermer VENIR CHEZ NOUS

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Nous contacter
Visites

 0 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

webmail

JUBILE de l'Abbaye de l'Ascension à DZOGBEGAN
Cher Père Abbé Théodore, chers Frères de la communauté,

Vous allez fêter les cinquante ans de vie de la communauté, célébration qui vous a demandé beaucoup de peine pour la préparer avec soin et amour. Si je ne suis pas présent de corps avec vous à cause de plusieurs infirmités physiques, vous devinez combien je suis de cœur avec vous dans l'affection et la prière. Par les mots qui suivent, je voudrais seulement vous faire partager mes sentiments de gratitude pour le passé et d'espérance pour l'avenir.

Il est certain qu'en Janvier 1961 il n'y avait sur le terrain que de l'herbe et des arbres et qu'en Janvier 2011 il y a maintenant une communauté de moines habitant un monastère créé de toutes pièces. Pendant ces années passées, autour de l'Eglise construite au sommet de la colline, se sont élevés les bâtiments nécessaires pour vivre, travailler, subsister, recevoir les hôtes, soigner les malades. Le souci de la population environnante et de ses conditions de vie a conduit à créer un dispensaire, un centre agricole, et une action de développement des cultures vivrières.

Tout cela ne s'est pas fait tout seul et nous devons nous souvenir de ceux et celles qui ont consacré plusieurs années de leur vie à cette création. Certains ne sont plus de ce monde depuis le Frère Serge le premier compagnon, le Père Fulbert premier infirmier, le Père Lucien premier bâtisseur, le Père Stéphane le premier formateur des novices, le Frère Eugène qui a tant créé de plantations, entretenues, améliorées, qui lui servaient à former dix jeunes stagiaires chaque années, le Père Louis-Joseph surnommé Abba Joseph, par les frères !

A l'extérieur, pour améliorer la santé des villageois et pour essayer de développer les cultures vivrières ou de rapport, des laïcs coopérants ou missionnaires ont beaucoup peiné ; pour mémoire je cite Xavier Charasson, Georges Bru, M. Madeleine Michaux, Mr. Clément qui ont déjà quitté notre terre. Combien de vies d'enfant ont été sauvées par les infirmières au dispensaire ou en pleine brousse ? Parmi ceux qui sont toujours de ce monde, certains ont voulu et pu venir aujourd'hui, qu'ils soient remerciés !

Enfin il a fallu ouvrir le cimetière pour les frères décédés sur place, pour les Frères Thomas, Félicien, le premier Père Abbé togolais, le Père Mawulawoè Robert, les Frères Jean-Martin, Nestor et tout récemment le Père Théophane, l'infatigable travailleur de force qui avait réussi à construire l'autel, une seule pierre « que n'a pas touchée le fer ».

Maintenant j'aimerais évoquer l'œuvre spirituelle, moins visible, mais qui signe la présence de Dieu et son amour pour ceux qui viennent Le chercher au monastère qui chante sa louange et réalise l'union des cœurs. Dès 1962 Dieu a suscité la création des Oblats par une personne dont je ne peux taire le nom connu de tous, Laetitia Ajavon qui sera aidée par Agnès Essien et Georges Kitégi entre beaucoup d'autres. Œuvre heureuse, joyeuse, féconde qui rappelle les premières communautés chrétiennes. Elle est confiée aux Oblats eux-mêmes et à la Communauté des moines pour rester fidèle à la Parole de Dieu, goûtée et chantée dans son Eglise qui rayonnera la joie chrétienne dans le monde.

Pour terminer par une note plus personnelle, je voudrais rappeler comment Dieu est intervenu au cours des différentes étapes de mon temps de responsabilité
-- la douceur de sa présence lors du débarquement à Lomé le 25 Janvier 1961 et pendant les jours qui ont suivi, alors que j'ignorais tout de l'Afrique, du Togo et
de ses habitants ; quelle sérénité au milieu de tant de choses à faire dans ce nouveau monde : personnalités, voiture, assurances, transport du matériel...
— sa lumière pour le projet de l'implantation de nos Sœurs, alors que les choix
du terrain rencontraient des incertitudes de plusieurs côtés ; une prudence réaliste laissait l'âme dans la paix de Dieu.
-- l'inspiration de son Esprit-Saint pour entreprendre la construction de l'Eglise, décider son emplacement au sommet de la colline et sa disposition au centre des
bâtiments monastiques à prévoir ; ici nous devons garder dans la prière la mémoire de Louis de Mari en dont le cœur et la compétence réussirent cette
Eglise que nous aimons et admirons tous.
-- enfin l'année 1980, année Saint Benoît (480) où Dieu suscita le désir de rayonner son esprit à travers les paroisses des grandes villes par la visite d'un groupe de moines de la communauté avec conférence, projections, office divin accompagné d'instruments locaux, une « première » !
 
 
 

Si je vous rappelle tout cela, c'est pour que vous sachiez combien l'œuvre accomplie est l'œuvre de Dieu d'abord. Avec vous tous je dis MERCI à Dieu.

Qu'il pardonne nos péchés et bénisse chacune de nos vies pour toujours chanter : A LA LOUANGE DE SA GLOIRE !
 
 

Fr. Marie-Bernard

Date de création : 13/06/2011 @ 15:07
Dernière modification : 13/06/2011 @ 15:07
Catégorie :
Page lue 2627 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Spécial !

 

 

 

 

 

FACEBOOK
Saints du jour

Recherche



Calendrier
^ Haut ^